Pacte d'engagement des acteurs des infrastructures de mobilité

Lorsqu’en 2009, les acteurs des infrastructures de mobilité ont signé une Convention d’Engagement Volontaire, déclinée ensuite dans 57 départements, autour d’un ensemble d’objectifs opérationnels en faveur du développement durable, ils traduisaient l’importance d’un engagement collectif, réunissant acteurs publics et privés, autour des infrastructures de mobilité essentielles à la vie économique et sociale de notre pays. L’IDRRIM est né de cet engagement.

Dix ans après, au regard des résultats positifs obtenus, les nouveaux enjeux auxquels notre société doit faire face appellent à un nouvel engagement collectif.

En effet, la prise en compte des transitions (climatiques, écologiques, numériques) que vit notre société réinterroge les pratiques et les conduites des politiques publiques d’aménagement ou de gestion des infrastructures, sur le besoin d’une plus grande et d’une meilleure participation de la société civile.

En réponse à ce besoin, la feuille de route de l’IDRRIM 2019-2025 a inscrit la préparation d’un nouvel engagement politique réunissant l’ensemble des acteurs des infrastructures de mobilité sur de nouveaux objectifs et partagés, et qui viendrait se substituer à la Convention d’Engagement Volontaire de 2009.

Ce « pacte d’engagement » à l’horizon 2030, dont la préparation a été confiée par l’Assemblée générale de l’IDRRIM au Comité Scientifique et Technique et son président Jacques Tavernier, doit permettre de porter une vision commune de l’avenir des infrastructures de mobilité et d’apporter des réponses, concrètes et soutenables pour les gestionnaires, aux enjeux posés par les transitions que connaît notre société, autour de 3 axes majeurs :

  • Des infrastructures inscrites dans les transitions climatiques et écologiques ; 
  • Des infrastructures inscrites dans la transition numérique ; 
  • Des infrastructures conçues et gérées à l’écoute des citoyens. 

Afin de réussir la mise en œuvre de ce pacte, quatre engagements préalables sont également apparus nécessaires :

  • Adapter les formations pour répondre aux besoins de compétence ;
  • Mettre en place une gestion patrimoniale des infrastructures ;
  • Libérer l’innovation dans les infrastructures ;
  • Un mode de travail partenarial et collaboratif.

Enfin, une des clés de la réussite de la Convention d’Engagement Volontaire de 2009 ayant été sa déclinaison dans de nombreux territoires. L’objectif dans la construction de ce pacte d’engagement est de favoriser sa déclinaison territoriale, à partir d’un cadre opérationnel et des indicateurs proposés, permettant de retenir des actions concrètes, innovantes et conformes aux engagements nationaux.

Après l’approbation de ce travail en Assemblée Générale de l'IDRRIM du 27 mai 2020, l'IDRRIM engagera les consultations avec les parties prenantes susceptibles de signer ce pacte – y compris parmi ses membres – afin de les engager dans cette démarche.

+ Télécharger le projet de pacte d'engagement des acteurs des infrastructures de mobilité