Laboroute


Les entreprises routières et les organismes publics et privés disposent de laboratoires leur permettant d'effectuer des études de formulation et de caractérisation de produits ainsi que d'assurer des contrôles de fournitures, de fabrication, de mise en oeuvre et de réception de travaux routiers.

Ces laboratoires, au-delà de la qualité des prestations qu'ils assurent, ont besoin d'une reconnaissance formelle de leur compétence pour la réalisation des essais. Pour cela, une commission paritaire Maîtrises d'Ouvrage / Profession a été mise en place afin d'établir les conditions de cette reconnaissance.

Cette commission, appelée Laboroute, gère les agréments "Laboroute" délivrés sur la base d'un référentiel établi dans ce cadre paritaire. Elle constitue l'interface entre le Comité et les laboratoires qui souhaitent bénéficier de l'agrément "Laboroute".

Actuellement 76 laboratoires et 47 de leurs antennes, soit un total de 123 sites, bénéficient d'un agrément :

  • 42,11 % sont des laboratoires d'entreprises routières (COLAS, EIFFAGE INFRASTRUCTURES, EUROVIA )
  • 40,79 % sont des laboratoires privés indépendants
  • 17,10 % sont des laboratoires issus ou appartenant encore au domaine public "Equipement".

> Pour un maître d'ouvrage, choisir un prestataire agréé Laboroute c'est :

  • Donner la préférence à une qualification reconnue
  • Disposer d'un gage de confiance accordé par l'IDRRIM

> Pour un laboratoire routier, disposer de l'agrément Laboroute c'est :

> Donner la garantie d'essais réalisés :

  • suivant les normes et règles en vigueur
  • avec du personnel formé et compétent
  • avec du matériel fiable et étalonné

> Donner l'assurance aux donneurs d'ordre d'une réalisation d'essais dont la réalisation est non contestable

> Bénéficier d'une reconnaissance et d'une qualification de ses compétences

Activation du groupe de travail Laboroute sur les difficultés rencontrées pour appliquer certaines normes d'essais »

En 2018, la révision du référentiel Laboroute a montré la nécessité de faire une actualisation et une simplification du tableau « Difficultés d’application des normes » figurant sur le site IDRRIM qui ne répond plus de manière satisfaisante aux besoins des laboratoires Laboroute, aux auditeurs Laboroute et à la commission Laboroute. Ce constat d’insatisfaction a d’ailleurs été confirmé lors de l’audit interne de la commission fin 2017.

Un groupe de travail spécifique a été mis en place à partir de mai 2018 pour mener à bien cette action. Il est composé d’experts en matières d’essais routiers, dans l’ensemble des domaines couverts par l’agrément Laboroute.

La mission de ce groupe de travail est la suivante :

> Examiner en séances de travail l’ensemble des dérogations appliquées actuellement par les laboratoires labellisés Laboroute et recensées par les auditeurs Laboroute lors des reconductions d’agréments et par le secrétaire général Laboroute lors des validations 1 et 2.

> Les classer en 3 catégories au lieu des 6 précédentes (cas 0 à cas 5) :

  • Dérogations acceptées, correspondant à une pratique nationale justifiée ou à une modalité de norme inapplicable, notées « A ».
  • Dérogations refusées, notées « R », correspondant à une dérogation de confort.
  • Dérogations acceptées après démonstration par le laboratoire de l'équivalence avec la pratique de la norme : notation « AD ».

Il est prévu d’informer de ce travail les commissions de normalisation en charge de réviser les normes essais routiers : CN EC (Essais Chaussée), CN RS (Revêtements Superficiels), CN GRA (Granulats), CN AC (Assises de Chaussées), CN T (Terrassements), CN E (Enrobés), CN CB (Chaussées Béton).

En effet, la prise en compte totale ou partielle des dérogations acceptées par la commission Laboroute, lors des révisions de normes dans le cadre français et européen, devrait à terme simplifier la gestion des essais routiers par l’ensemble des laboratoires de la profession.

Pour information, le groupe de travail s’est réuni 4 fois en 2018 : les 23 mai, 18 juillet, 19 septembre et 19 novembre.

Deux réunions sont d’ores et déjà programmées en 2019 : les 21 janvier et le 4 février.

Vu l’ampleur de la tâche, le groupe s’est fixé comme objectif d’arrêter une première liste complète des dérogations, classées dans les 3 catégories précédemment définies, pour fin 2019.

Une lettre d’info de l’IDRRIM annoncera le moment venu la mise à disposition de cette liste sur le serveur de l’IDRRIM. Dès lors, les laboratoires Laboroute se devront de la mettre en application.

Par la suite, toute nouvelle demande de dérogation devra suivre la voie actuelle, c’est-à-dire être remontée au secrétariat permanent Laboroute qui la transmettra au groupe de travail sur les difficultés d’application des normes.